Présentation du blog

Mes carnets de voyages en Asie du Sud-Est
Ce blog est consacré à mes voyages en Asie du sud-est. Ce n'est que mon journal de bord. S'il comporte de nombreuses infos utiles, je ne prétends pas donner des conseils aux voyageurs. Il existe une fonction de recherche dans la colonne de droite qui vous permet de trouver des thématiques, ainsi qu'une fonction de traduction. Mes blogs ne sont que des récits, j'y relate mes aventures, mes impressions, mes rencontres.

Cela me fait tellement plaisir quand je voyage de recevoir des nouvelles ou un petit mot gentil. Et même après mes voyages, car ce blog représente beaucoup de travail. C'est le moyen le plus facile pour moi pour communiquer avec vous. Il vous suffit de poster des commentaires. Et si vous voyagez dans les parages faites-le moi savoir, via le blog.


Au fil de mes voyages en Asie

Articles les plus consultés

jeudi 31 décembre 2009

J 94 - Jeudi 31 Décembre 2009 - Phuket Town (3) - Kata Beach et Réveillon à Phuket Town

31 Décembre 2009 !!!!

Pendant que vous êtes tous occupés avec la préparation de votre dîner de Réveillon,
voilà ce que je fais.


Ce matin, j'ai pris mon petit déjeuner en face avec la surprise d'apprendre que ce serait fermé jusqu'au 4 janvier. La galère pour prendre mon petit déjeuner. C'est exactement comme le dimanche où je suis restée à Phuket Town, une grande majorité de boutiques ferment... sauf les agences touristiques !!!!

Kata Beach

Je suis allée à Kata Beach avec Karin. Bus local bleu à la station, 40 bahts, (c'est un peu loin, c'est vrai). On prend la route de Karon Beach, qui se trouve au dessus de Kata. Entre les deux une montagnette encore, ce qui signifie, qu'il n'est pas possible une fois de plus de passer d'une plage à l'autre par ... la plage. Toujours par la route.

Du bus, j'avais téléphoné à Claude, pour lui dire vers quelle plage on allait. Grâce aux téléphones mobiles, on peut se retrouver facilement.

Une grande partie de la plage est occupée par le Club Méditerranée dit de Phuket. Nous avions convenu de descendre avant le Club Med, qui fait 1 km de longueur, et nous n'avons pas vu la route perpendiculaire qui descend vers la plage, avant, nous étions à la fin du Club Med. Pas grave, il y avait une allée agréable qui permet de rejoindre l'autre bout de la plage. On a pu comme cela jeter un oeil vers l'intérieur du Club Med. Il faut savoir que ce n'est pas vraiment le pied. Ok, beau gazon, belles maisons, mais certaines donnent sur cette route. Et cette route est passante de voitures, de motos. La Club Med de Phuket n'est pas en bordure de plage, mais en bordure de route. Leur plage n'est pas privée, tout le monde a le droit d'y passer, et à part qu'ils ont une rangée de parasols blancs, ils ne diffèrent pas des autres parasols installés sur la plage.

Le Club Med de Phuket
Et sa plage où l'on peut passer librement

Nous nous sommes installés face a une gargote de la plage. Le temps était mi figue, mi raisin. On a essayé de faire du snorkling, vers le rocher, mais l'eau était très trouble. Je n'ai pas voulu aller bien loin. Karin a raconté avoir vu des coraux, des éponges et des poissons, mais Claude non plus n'a pas été enthousiaste. En plus quand on 'approchait des rochers, il y avait un peu de courant.

Sinon, pas de vagues comme la veille à Nai Harn, eau agréable. Moins claire qu'à Nai Harn, mais ça allait. Quelques jet-ski ou bateaux de ski nautique au loin, Club Med oblige.




Pour le site, j'ai préféré à Nai Harn, mais il y avait des vagues, ce qui pour moi m'empêche d'adorer, et ici à Kata, l'eau comme un lac.

Nous sommes parties vers 16 hres. Claude est allé faire son réveillon de son cote, sur une plage, avec des connaissances de Kamala. Nous nous sommes postées à la sortie de la route qui remonte de la plage, et là nous avons attendu, attendu. Toujours le même problème pour remonter vers Phuket Town, et la même angoisse, est-ce qu'on va avoir un song teo. On l'a eu, mais à 16h45. Le dernier !!!! Ça, c'est vraiment l'horreur les transports à Phuket, et surtout l'incertitude des horaires, l'un nous dit un son de cloche, un autre autre chose. Pour partir de Phuket Town, il n'y a pas d e problème, on attend presque pas, mais pour remonter, c'est une galère.

Le Réveillon

Nous avons une nuit de pleine lune pour le Réveillon  

Nous avions décidé d'aller passer le Réveillon, là où, à l'Office de tourisme on m'avait dit que c'était là qu'avait lieu les festivités : à Saphan Hin. C'est un quartier de Phuket Town, au sud, un peu loin. Loin, c'est à dire que l'on nous dit en levant les yeux au ciel, 25 mn à pied !!! Malgré cette marche fort possible, nous décidons de prendre un tuk tuk, car c'est une route toute droite avec beaucoup de trafic, surtout en ce soir de fin d année. 100 bahts le tuk tuk. Ici, les tuk tuk servent de taxi, et sont plus chers que les bus (les song teo bleus) qui desservent les plages, et qui ont un prix fixe, bas, entre 25 et 40 bahts en haute saison que nous sommes.

Nous en trouvons un, tuk tuk, tout de suite. Depuis hier cette avenue est décorée d'illuminations.


Nous arrivons sur une grande place ronde, avec un grand monument éclairé.


Nous sommes un peu surprises, beaucoup de monde déjà, et c'est simplement un night-market un peu comme à Chang Mai le night market du dimanche. Il est très grand. Comme une fête foraine.


On nous avait dit qu'on pourrait manger. Oui, mais c'est debout dans la rue, avec une nourriture pas très tentante. Même des insectes par exemple ! Ah non pas pour le repas de la Saint Sylvestre !!!!!


Nous trouvons un restau local à l'entrée du site, où il y a des tables et des chaises. Mais la bouffe n'est pas à la hauteur d'un repas de réveillon ! un fried rice avec des crevettes, très, très gras. Les prix sont aussi plus élevés. La petite bière Chang est à 60 bahts, et le plat à 90 bahts. Pour ce que c'est !!!

Voilà quel a été mon repas de Réveillon ... pas des meilleurs que j'ai connus !

Le show !

On est un peu amer de ce début de soirée de Réveillon.
Mais tout change quand nous voyons que sur la scène vide que nous avions repérée, a commencé un spectacle.



Des musiciens, des chanteurs, des danseurs. Nous commençons à nous asseoir par terre, comme l'ont fait beaucoup de gens. Mais très vite des chaises se sont libérées, et nous nous trouvons au 6 ème rang d'orchestre... la meilleure place, au milieu des Thaïs, de femmes portant le voile, d'Indiens, beaucoup d'enfants avec leurs parents, qui finiront pour certains par s'endormir sur les genoux. Il n'y avait que nous comme occidentaux au milieu de la foule. Et les locaux nous ont accordé un super accueil.



Le spectacle a été d'un niveau top. Trois chanteurs hommes, de même que les femmes. Ils s'alternaient. Une équipe de danseurs et de danseuses, des changements de costumes, et derrière un orchestre guitare, basse, batterie, clavier, comme on en voit dans le monde occidental. Plus des animateurs loufoques, qui nous ennuyaient car on ne comprenait rien, et le public, si, il riait. On ne savait pas qui était ce petit monde sur scène. Le public ici applaudit que très peu, à la fin des séquences, et ne danse pas du tout. Très calme !






Mais à un moment, une agitation s'est produite avec l'arrivée sur scène d'une chanteuse. Des groupes de jeunes, des teenagers je dirais, se sont pressés auprès de la scène, ils hurlaient de joie, ils chantaient. On a compris qu'elle était une vedette ... mais qui ... jamais su. En plus elle chantait très faux, alors que tous les autres chanteurs chantaient très bien. Ne lui jetons pas la pierre, être vedette comme cela et chanter faux, cela ne peut s'expliquer que par un mauvais retour dans les oreilles.


Si vous aviez vu la folie et la précipitation des jeunes vers la scène quand elle est apparue


Mais je ne sais pas qui c'est cette chanteuse.
SI QUELQU'UN CONNAIT SON NOM, METTEZ MOI UN COMMENTAIRE



VIDÉO DU SHOW


On s'approchait de minuit. Les animateurs faisaient du remplissage comique en regardant de temps à autre leur montre. Mais il n'y a pas eu de décompte des secondes. On ne s'est rendu compte que minuit avait sonné, que parce qu'il y a eu un feu d'artifice. Et encore j'ai l'impression qu'il a commencé bien avant minuit. Pas terrible le feu d'artifice. Il montait de plusieurs endroits, et le plus souvent caché par des arbres. J'ai l'impression qu'ils ne sont pas très forts en feux d'artifices les Thaïs, ni les Laotiens d'ailleurs, parce que tout ce que j'ai vu comme feu d'artifice, était petit, petit, ne montait pas bien haut dans le ciel, et ne s'ouvrait pas en de grandioses rosaces comme ce que j'ai déjà vu comme feux.



Il y a aussi une coutume que j'ai découverte depuis Noël à Kamala. Ils achètent des boites rectangulaires blanches en papier, avec une bougie à l'intérieur. La bougie chauffe dans la boite, et produit le même effet que dans une montgolfière.


Le ballon monte vers le ciel, et on voit de nombreuses petites lumières illuminer le ciel, et devenues minuscules.


A minuit notre toast a été arrosé, pas au Champagne, mais au Sprite pour Karin et à la Chang pour moi.

Et voilà quel a été notre Champagne du premier jour de l'année 2010

VIDÉO DE MON REVEILLON



On a pris un tuk tuk sans difficulté pour rentrer, il était 1 hre quand je suis arrivée à l'hôtel. 
(Je m'étais informée avant de sortir, l'hôtel fermait ses portes à 2 hres du matin.)

mercredi 30 décembre 2009

J 93 - Mercredi 30 Décembre 2009 - Phuket Town (2) - Nai Harn Beach

Ce matin j'ai retrouvé Karin et une autre fille allemande, qu'elle avait connue, Susan, à 9h15 à mon hôtel, on s'était fixé rendez-vous pour aller ensemble sur une autre plage de Phuket : Nai Harn Beach. Elle se trouve au sud-est, après Rawai Beach au sud de l'île.


Moi avec Karin

On a pris un bus local, c'est à dire un song teo, à la station de ces bus qui est un peu après mon hôtel. On est passé par la sortie sud de la ville, partie que je ne connaissais pas. On a déposé une femme dans un condominium, un peu en dehors du centre, avec surveillance à la guérite, et un immense parc, de belles maisons alignées sur les côtés. Je pense que cette femme devait être employée dans une maison car elle revenait avec des provisions dans des sacs, et que là, c'est le genre à avoir une voiture devant chaque porte, et à ne pas prendre un song teo pour se déplacer. Le lieu était magnifique. Donc voyager en songteo vous permet parfois de découvrir qu'il y a des bidonvilles, et des maisons en tôle où vivent les gens, et qu'il y a aussi des condominiums hyper luxueux comme celui là.

Puis, direction Chalong Bay, là où se trouve la jetée d'où partent tous les bateaux vers... ailleurs. Puis nous avons traversé Rawai, et nous sommes arrivées à Nai Harn Beach.



Nai Harn Beach

Mon impression a été tout de suite plus positive qu'à Kamala. Ici, il y a beaucoup plus de forêt en bordure, des arbres, pas des cocotiers, mais de la nature. Les maisons sont basses. Il y a une promenade ombragée au milieu des arbres qui suit la plage. 


L'arrivée sur la baie est très belle. Pour dire : il n'y a qu un seul hotel qui donne sur la plage, c'est le Méridien. Des parasols, et des transats, ça c'est sûr.


Je crois que je ne trouverai que des plages comme cela à Phuket. Mais il m'a semble un peu moins, simplement parce que la plage de Nai Harn est plus grande qu a Kamala. La mer y est plus transparente. Il n y a pas de jet skis, et les voiliers (c est le seul yatch club de l'île) sont au loin en retrait. 
Claude nous a rejoint sur cette plage. Je l'avais prévenu par téléphone que nous allions là, et, en motobyke, il est arrivé jusqu'ici, alors que je voyais une distance grande sur la carte, et il y est arrivé. Nous avons déjeuné dans un restau en bord de plage, ombragé, très agréable. C'est beaucoup plus agréable que Kamala. 

Moi avec Claude
En arrière il y a comme une lagune, avec très peu de fond (marée basse), plus fraîche car une rivière doit s'y rejoindre, idéale pour les enfants car la mer à Nai Harn Beach avait pas mal de vagues. Pas de grosses grosses, mais quand même au point que moi je n'aime pas. J'ai été bien mouillée par les vagues en essayant de les sauter.




Nous avons essayé de passer par la colline sur la crique suivante, à pied, a gauche, mais nous n'y sommes pas arrivés. Pas de passage. La mer descendait, nous avons pu rejoindre notre crique.

Il avait été prévu que nous allions rester dîner à Rawai, car c'était l'anniversaire de Karin aujourd'hui. Susan avait un plan pour rentrer la nuit à Phuket Town. Elle connaissait des taxis. Mais quand je lui ai demandé de vérifier auprès de ces taxis s'ils étaient toujours d'accord pour nous ramener à 22 h et quelques, vers Phuket Town, et à quel prix (tarif de nuit... et on est a plus d'une heure quand on prend les bus locaux...) elle n'a pas pu les joindre. De crainte d'avoir une mauvaise surprise (comment rentrer à 22 hres d'un endroit aussi loin...), j'ai décidé de rentrer illico par le song teo à Phuket Town.

Difficile de trouver un songteo pour rentrer

Seulement, il était 16h15, et à cette heure il est difficile de trouver un song teo pour rentrer. On dit officiellement qu'ils circulent jusque 17h30 à peu près (la nuit qui tombe), mais pour revenir des plages, tous les gens que j'ai rencontrés m'ont dit qu'il fallait faire attention, et rentrer avant 16 hres, car après on n'en trouve plus qui veulent partir.

Et c'est exactement ce qui s'est passé. Je suis allée à la station, et il y en avait bien un, mais, que moi qui voulait partir. Alors comme dab, il m'a proposé de payer pour tout le bus. J'ai tenu fermé. Un autre gars m'a proposé de m'emmener à Patong, pour trouver un songteo avec plus de gens en partance, et j'ai refusé fermement. Et j'étais pas dans la panade. On me disait qu'il allait partir à 17 hres... mais personne que moi... Je leur ai dit que si c'était comme ça, je dormirais dans le song teo mais que je ne paierai pas plus cher que les 40 bahts, tarif normal de ce bus.

J'ai vu un groupe de français arriver, et ils m'ont dit qu'ils étaient dans un minibus avec un guide. J'ai demandé à voir le guide pour éventuellement demander si je pouvais payer mon trajet pour rentrer avec eux, et ces gens-là ont été très désagréable,s et m ont envoyée promener.

Il était 16h45 quand un couple est arrivé. Des Français aussi. Ils cherchaient à rentrer à Chalong, à leur hôtel, le Chalong Beach Hotel and Spa. Le chauffeur leur a proposé de payer 100 bahts chacun. Le tarif est de 40 bahts. Mais c'est vrai que là, il devait faire un détour pour les déposer à la porte de leur hôtel. Et là, il a bien voulu démarrer, il était 17h45.

Nous sommes arrivés à Chalong. Le driver évidemment ne connaissait pas cet hotel là. Ce couple m'a expliqué qu'ils avaient acheté un package sur lastminute.com, que cet hôtel était tout nouveau, il avait ouvert il y a 1 mois 1/2, et qu'il était plein de Français. (tiens, des Français, ils sont donc là, dans les package d'une semaine). Ils étaient arrivés hier soir, à la nuit, ils n'avaient pas repéré où ils étaient, et ce matin, ils avaient pris un taxi à l'hôtel, qui les avait menés à Nai Harn. Evidemment pour revenir c'était plus compliqué.

Le chauffeur a erré dans Chalong. Il a fini par être assez intelligent pour téléphoner de son mobile à l'hôtel (les gens avaient la carte), et on était dans le mauvais sens, bien entendu. Les chauffeurs ne connaissent jamais les hôtels, ils ne connaissent que les hôtels de luxe, j'ai vécu ce problème dans tous les pays où je suis passée lors de ce voyage, c'est terrible.

Bref, on a trouvé l'hôtel. Mais on avait perdu pas mal de temps à errer. Ensuite direction Phuket Town. Mais un trafic énormément au ralenti (l heure). Il n'y avait plus que moi dans le songteo à la fin. Le chauffeur me dépose dans un quartier chinois, et il me dit "Phuket Town". Oui, mais moi je ne savais pas où j'étais. J'exige qu'il aille jusqu à la station des songteos. Il a fait la gueule, mais a avancé de quelques rues. C'est que moi je ne savais pas où j'étais là où il m'avait arrêtée !

Après, j'ai retrouvé mon chemin. Avec tout ces détours et mon attente pour partir de la plage, je suis arrivée à mon hotel à 18h15. J'ai mis deux heures pour arriver, à partir du moment où j'ai décidé de quitter la plage.

La lune était pleine. C'est vrai j'avais su qu'elle serait pleine pour le 31 décembre. C'est quand même incroyable cela, une pleine lune pour le passage de l année. A Koh Phan Ghan, ça va être une fiesta pas possible !!! à la fois la full moon party et le passage de l'année nouvelle.

A peine arrivée à l'hôtel, Karin m'a téléphonée avec le mobile de Susan, et m'a proposé un rendez-vous pour demain matin, même heure à mon hotel, pour aller ensemble vers une autre plage. C'était sympa. J'avais de mon côté l'intention d'aller à son hôtel ce soir lui déposer un petit message disant la même chose.

En arrivant dans le couloir de l'hôtel je me suis rendue compte qu'un merveilleux coucher de soleil était en train de se produire sur la ville.

Quelques soucis dans mon hôtel

Quand je suis arrivée dans ma chambre, coupure d'électricité, rien ne marchait, plus de lumière, plus de ventilo. Ah ! c'était la journée !!! J'ai du redescendre les deux escaliers (oui ma chambre est loin et haute ! ) traverser la cour, retourner à la réception, pour leur dire que je n'avais plus rien. Une employée m'a accompagnée (allez, deux étages à monter à nouveau), et c'était... le disjoncteur qui se trouve en haut devant ma porte de chambre qui avait sauté. Comment aurais-je pu voir ce machin moi !

J'ai oublié de vous dire, que dans cette chambre là, que j'ai cette fois-ci, tout est pareil que la première fois, mais que dans la salle de bain, quand je tire la chasse d'eau, l'eau se déverse par terre, parce qu'il doit avoir un joint inexistant, et que pour le lavabo, c'est la même chose, parce qu'il n y a plus de joint sur le tuyau de vidange. Donc je dois aller toujours dans la salle de bain, les pieds nus.....



Dîner au night-market

Ensuite, (fatiguée), j'ai décidé d'aller re-dîner au night market que Karin m avait fait connaître la veille au soir, et où c'était très bon (poissons, crevettes, abordables, miam miam, et frites très bonnes, miam miam, et très bon accueil. C'est un petit peu loin de mon hôtel, 20 mn, mais c'est là, en fait, que se trouve la vie nocturne, et pas près de chez moi, là où les jeunes Thaïs sortent, autour de l'Ocean, et du Robinson, les shoppings.



J'ai dîné de crevettes sur le barbecue et d'un plat de frites (ras le bol du riz, je pense que vous me comprenez). Et une large Chang bien entendu. 200 bahts (4 euros) la totale, comme hier.

Quand je suis revenue, j'ai essayé d'aller dans un internet café, le mien préféré, mais il était fermé à cette heure (20 hres). J'en ai trouvé un autre, mais impossible d'ouvrir une page tellement il était lent. J'en suis sorti. J'en ai cherché un autre que j'avais repéré, mais il était fermé aussi. Donc ... pas écrit le soir même.

En rentrant dans ma chambre j'ai aperçu par la fenêtre (et entendu) un feu d'artifice, un peu caché par les arbres. Eh oui, ici il y a des feux d artifices tout au long de la semaine semble-t-il.

mardi 29 décembre 2009

J 92 - Mardi 29 Décembre 2009 - Phuket Town - 3 mois déjà au loin !

Grand Anniversaire pour moi : cela fait 3 mois aujourd'hui que je suis arrivée à Bangkok. Vous vous rendez compte ! Il me reste 1 mois 1/2 en gros. Cela va sûrement passer vite, la fin passe toujours plus vite. C'est que je ne vois pas trop où j'ai envie d'aller maintenant. La Malaisie, j'en ai envie, mais je pense que cela va me prendre seulement une quinzaine, une quinzaine et demie, il n'y a pas tant de choses à y voir, et je dois aussi jouer avec mes problèmes de visas en Thaïlande, c'est ça le gros problème qui m'empêche d'avoir ma liberté de décision.


J'ai quitté Kamala. Je suis de retour à Phuket Town.

Ce matin, j'ai quitté ma maison de rêve à Kamala, au milieu des cocotiers et des fleurs, et des papayers, la compagnie sympa de Claude... parce que... je tournais en rond.

Après une semaine exactement, de farniente, à ne rien faire, à part maison / restau, je m'embêtais.

La plage je n'y suis allée que deux fois, car je ne m' y sentais pas bien du tout. Complètement recouverte par les chaises longues et leurs parasols, et les jets ski qui venaient accoster à toute vitesse là où l'on se baigne.

Non, pour moi, ce n'est pas la Thaïlande que je cherche.

Alors le confort, oui, c'était bon. Claude a été très gentil avec moi. Mais rester à ne rien faire .... vous avez compris je pense, il faut que je bouge, que je change d'environnement, que je découvre. C'était facile la vie, je devenais paresseuse.

J'ai du me pousser à prendre la décision de sortir de ce nid. Oui, reprendre les transports en commun, voyager seule, porter ses sacs trop lourds (je sens que je vais encore m'envoyer un paquet par la poste, j'ai trop de papiers, de doc ... très lourd) et chercher la guesthouse où dormir... ce que je déteste le plus .... bon, courage, je me suis dit, il faut que je me remue.

Je suis partie ce matin de Kamala. Claude m'a conduite en moto jusqu'à la station de bus sur la main road (oui, un exploit, pour la 2 ème fois, il a mis ma valise devant lui par devant la moto, et moi derrière avec mon gros sac a dos sur mes épaules et mon petit en bandoulière. Pas loin, of course, mais ça fait lourd pour le conducteur.

Là,  en attendant le song teo, j'ai fait connaissance d'une jeunette thai de 17 ans, avec qui j'ai discuté en anglais tout du long. Je suis arrivée à Phuket Town à midi 10, exactement une heure après. Et j'ai réussi à faire stopper le songteo juste en face de mon hôtel (il est passé dans la rue même de mon hotel .. vous parlez que j'ai hurlé, que j'ai dit que je voulais m'arrêter ... la sonnette !!!). Je reconnais bien les rues de Phuket Town maintenant ! Je reconnais bien le chemin.

Il y avait de la place dans mon hôtel (j'avais téléphoné dans la matinée, elle m'a dit de venir, pas de problème... il est immense cet hôtel). J'ai une autre chambre que la 1ère fois, mais quif quif. Sauf que je vois le dôme de la mosquée de ma fenêtre, et j'espère que le matin je ne l'entendrai pas trop ... à Kamala, j'avais eu ça, la prière à 4 hres 20 du mat. Au début ça me réveillait chaque nuit, et après, je n'ai plus entendu.

Donc cet après midi, je traîne en ville de Phuket Town, que j'ai bien bien visitée déjà. Internet, chouette, rapide ! Chez Claude, lui comme moi, on était bien embêtés car le wifi qu'on récupérait de l'hôtel voisin --- enfin qu'il récupérait, car mon notebook m'a l'air pas assez puissant en wifi (du 802 je crois) ... et moi je ne recevais pas --- on avait des coupures sans cesse. Bon, on était heureux d'avoir une connexion gratis, mais c'était très très chiant pour nous deux.

Ce soir je vais retrouver Karin, la fille allemande de Munich avec qui j 'avais sympathisé à Krabi Town. Elle est dans un autre hôtel, plus luxueux que le mien, mais on a rendez vous ce soir à son hotel pour dîner.

Elle est arrivée à Phuket Town, venant de Krabi depuis le 26 décembre, et elle reste jusqu'au 4/5janvier. On était très décalées dans notre parcours, moi beaucoup d'avance sur elle, mais on arrive à se retrouver. Et on verra ce qu on va faire. Peut être retrouver Claude parfois à des endroits où nous nous irons en bus. Car le problème à Phuket Island, c'est que les transports locaux sont en étoile, à partir de la ville de Phuket Town, et que aller d'une plage (d'une baie) à l'autre est très cher, il n'y a que des taxis, taxis, pas de transports locaux. Voila la difficulté. J'explique pour ceux qui me disent de visiter l'île, eh bien, pas facile du tout, sauf si on arrivait à louer une voiture à trois. C'est à enquêter.

Ici sur les îles, sans motobyke je suis complètement coincée, je ne peux me déplacer déplacer et voir ce que je pourrais voir.

J 91 - Lundi 28 Décembre 2009 - Phuket, Kamala (6)

J'ai des problèmes pour me connecter. Voila pourquoi il y a pas beaucoup de news.
et on a une connexion trop faible pour uploader des photos, j'essaye pourtant ...




Je suis toujours à Kamala, dans la maison de Claude, et je paresse énormément à la maison, et que je n'ai rien à raconter comme événements. Je me laisse aller à glander.


samedi 26 décembre 2009

J 88 - Samedi 26 Décembre 2009 - Phuket - Kamala (4)

Prenez conscience, les amis que j'ai des difficultés à me connecter ici à Kamala. La connexion Wifi qu'on a, casse très souvent et la connexion est souvent très difficile. Je ne peux pas uploader des photos. Et je me connecte sur l'ordinateur de Claude, parce que mon notebook ne pend absolument pas le réseau, j'ai un trait seulement, en réseau, ça n'affiche pas les pages ! C'est déjà beau que j'arrive à accéder à Internet.

Aujourd'hui, on est le 26 décembre, triste anniversaire du tsunami.
C'est plutôt ça que j'ai dans la tête, je suis en plein sur le terrain des événements événements de 2004.

vendredi 25 décembre 2009

J 87 - Jeudi 24 Décembre 2009 - Phuket - Le réveillon à Kamala (2)

Joyeux Noël à vous tous.

Merci de vos messages sur mon e-mail.


Soirée de Réveillon avec pluie tropicale, fallait le faire, ils n'ont pas eu ça depuis des années. On a du migrer de la belle table en bord de mer vers l'intérieur du restaurant.


Le menu



On a eu droit à des danses, et à des feux d'artifices, tirés de la rue.



VIDÉO



Mais dès 23 hres c'était terminé et ce matin, y a pas de pluie.

mercredi 23 décembre 2009

J 86 - Mercredi 23 Décembre 2009 - Phuket, Kamala (1)

Je suis arrivée à Kamala hier dans l'après midi. Hier, j'ai pris un song teo de la gare des bus locaux, à Phuket Town, qui se trouve là où se trouve le marché.


Oh les yeux !!! 
Un peu fatiguée la fille ! c'est une photo prise par moi même, dans le song teo, pas évident.



Quand je suis arrivée, j'ai retrouvé Claude au lieu qu'il m'avait indiqué comme RV. Le "Oh la la restaurant", un grand restau tout jaune vif qui fait le coin de la grande route. Je me retrouve donc dans une maison splendide, mais un peu isolée à pied.

Je suis à 15 mn à pied du village. Ça a l'air de rien, mais pour ramener des courses, et quand il fait chaud, je m'y vois mal marcher tout ce trajet.

Je suis un peu seule quand même. Kamala, rien à y faire, une rue, et beaucoup de maisons en location, donc pas de rencontres.

La maison est fraîche et confortable, je me relaxe pour l'instant.





Hier, je suis allée chercher une bouteille d'eau, du café, du sucre, un gâteau.
Je suis allée dîner seule dans un restau, le plus proche. Tout est plus cher que partout ici même le fried rice !! A Kamala il coûte 90 bahts. A Phuket Town je le paye 35 bahts, oui, oui !

Cet aprem, je suis allée explorer le village = une grande rue. Y a un Seven eleven, mais à part ça, quelques restaus, en majorité tenus par des occidentaux, à prix exorbitants. Cad, les plats à + 100 bahts ... très peu pour moi, faut pas exagérer.

Le village normal, le vrai, il est derrière, à l'intérieur, dans les terres, dans l'allée qui passe devant la maison. Pas du tout en bord de mer.

J'ai trouvé ce midi un restau local dans mon coin, très bien, local local. J'ai mangée pour 50 bahts le fried rice chicken avec un oeuf sur le plat sur le dessus. Charmant accueil.


C'est un restaurant tenu par un Musulman, comme pratiquement tous les restaus locaux ici. Et ici pas de bière. Ils ne veulent même pas qu'on achète sa bière à côté, et qu'on vienne avec, à table. Claude ne voudra pas y aller manger à cause de ça....
C'est con, car ils cuisinaient bien.

J'y ai fait connaissance d'une fille australienne qui vit dans le coin, pour 6 mois, son mari est prof de plongée, et elle prof d anglais. Elle vient déjeuner là, 2,3 fois le midi. C'était un restau sympa, c'est vrai.

Mais l'Allemand ou le Suisse qui a le "Mum restau", quelque chose comme ça, il fait payer 100 bahts le plat. Je lui ai dit que j'étais une backpacker traveller, moi !!! Bref je n'ai pas ma place dans cet endroit.

La plage, je suis allée voir .... des parasols collés les uns aux autres avec des chaises longues. Pire qu'à Salvador l'année dernière ! J'ai installé mon paréo sur le sable, devant toutes les chaises longues. Après tout, dans tous les pays du monde il y a un espace de 150 m de libre en bord de mer. Personne ne m'a fait de réflexion heureusement. Mais j'étais la seule à faire ça. Ce n'est que Scandinaves. Vous imaginez, les gens qui viennent pour le soleil. La plage, la baie, c'est moche. L'eau de la mer pas terrible. En plus, il y a des jet skis...



Quand je repense aux superbes baies des îles que j'ai visitées en excursion au départ de Krabi.

Ce qui m'a frappée beaucoup, c'est le monument dédié au tsunami, un gros truc au milieu d'une place, une plaque commémorative, et les pancartes que l'on trouve partout où il est inscrit "tsunami escape road".  





C'est bien ici, où je me trouve que cela a eu lieu un 26 décembre. Je revois dans ma tête, le film amateur avec la grosse vague qui arrive au loin, et qui s'amplifie, s'amplifie, et les gens sur la plage, comme aujourd'hui qui mettent du temps à réaliser qu'il y a danger .... ce film qui a été diffuse sur la TV française, et je me dis, que c'était ici même. Ça remue un peu. Et j'y serai sans doute, ici, ce 26 décembre 2009.

Je vais rester quelques jours ici. C'est pas très mon truc, cette station balnéaire. Je vais vite m'ennuyer. Je vais reprendre le voyage après quelques jours de relax. Je suis dans une superbe maison, ça, c'est sur.

Et j'ai oublié de vous dire, il y a l'appel à la prière d une mosquée proche qui me réveille chaque matin à 4h 20 exactement .... ah ah ah !!!! suis pas encore en Malaisie ! Ici, à Kamala, c'est 99 % de Musulmans.